Skip to content


Internet, le facteur de « destruction créatrice » de la vente par correspondance ?

index-3 suissesDans une interview donné au journal « Le Monde » Marc Lolivier, délégué général de la FEVAD déclare qu’internet est pour la vente à distance « non pas une évolution, mais une révolution ».

En quelques années, les ventes du secteur internet ont plus que doublé. Entre 2005 et 2008 le nombre de sites marchands est passé de 15 200 à 48 650. Aujourd’hui, 21,7 millions de personnes achètent en ligne.

Si le commerce de la vente à distance représente un chiffre d’affaires annuel de 25 milliards d’euros en France dans son ensemble prés de 20 milliards sont réalisés par Internet.

Les prises de commandes par téléphone et courrier n’ont pas totalement disparu mais elles ne représentent plus qu’à peine 20 % du marché, tandis qu’une poignée de clients restent attachés au Minitel (1 % des ventes).

Voila une déclaration et des chiffres qui donnent encore une fois raison à ce bon vieux Schumpeter (Joseph de son prénom) et à sa destruction créatrice qui pourrait bien précipiter les champions historiques de la VPC vers une mort programmée.

Si les groupes historiques sont malmenés par ce bouleversement, ils ne sont toutefois pas totalement distancés par les « pure-players » grâce à une logistique éprouvée et à la qualité de leur catalogue. En effet le fameux catalogue de la VPC reste un outil précieux. « Sur les 20 milliards de ventes que réalise le e-commerce, environ 40 % à 50 % sont déclenchés par le catalogue « , indique M. Lolivier.

La Redoute reste le leader de la VAD en France, avec pour challenger le groupe 3 Suisses. Leurs sites respectifs figurent aussi parmi les plus visités aux côtés de ceux d’eBay, d’Amazon ou de Vente-privée.com.

Au début des années 2000, tous les acteurs croyaient au succès foudroyant d’Internet, jusqu’à ce que la bulle technologique explose. A ce moment-là, les groupes historiques de la vente par correspondance (VPC) qui s’étaient intéressés au sujet ont reculé, tandis qu’Internet poursuivait son évolution.

Lorsque la technologie du haut débit permettant de surfer rapidement, s’est généralisée et que les paiements par Internet ont été mieux sécurisés internet est rapidement devenu un incontournable de l’achat à distance. La Redoute,les 3 Suisses, et autres acteurs de la vente par correspondance créés dans les années 1930, ont alors été obligé de retenter leur chance de façon légèrement tardive.

Si les premiers sites de ces acteur majeur du commerce à distance étaient loin d’être aussi bien conçut que ceux de leur concurrent « pure-players » et ils ont peiné à apprendre les règles du jeux de la vente sur internet. Mais aujourd’hui, avec par exemple la refonte du site des 3 Suisses (notre image) Les « vépécistes » sont devenu enfin des « Véadistes » internet  convaincus.

On sait pourtant que cette opération ne s’est pas fait sans douleur. Les acteurs historiques de la VPC ont bien du mal à adapter leur structures interne aux changement de comportement des consommateurs et doivent supprimer ou redéfinir des postes au sein de leurs ressources humaines.

Toujours selon Marc Lolivier de la Fevad : « l’industrie de la VAD traverse les mêmes bouleversements que ceux qu’ont connus les transports aériens quand le monopole d’Air France a été cassé par l’arrivée de compagnies low cost. Air France n’a pas disparu. Mais, comme la compagnie aérienne, les acteurs de la VPC doivent faire évoluer leur modèle et réduire sérieusement leurs coûts. »

Alors, tout compte fait il avait tort ce vieux joseph ?

Rubriques : Actualité, Business.

Mots clefs : , , , .


0 Responses

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.



Some HTML is OK

or, reply to this post via trackback.

*



'+
1
'+
2 - 3
4 - 5
6 - 7
8 - 9
10 - 11
12 - 13
13 - 14
[x]