Skip to content


PSP Go : Sony bouleverse les règles du marché des jeux vidéos sur console

Psp_goVous avez sûrement vu la publicité pour la nouvelle portable de Sony, la « PSP Go » clairement destinée à contrer le succès de la « Nintendo DS » mais n’avez peut-être pas compris toutes les implications de la sortie de ce produit sur le marché des jeux vidéos sur consoles. Je vous propose de les survoler ensemble.

La PSP Go est plus compacte et plus légère (40 % selon Sony) que la PSP actuelle. L’écran est aussi un peu plus petit (3,8 pouces contre 4,3). Cette légéretée est principalement due à l’absence du lecteur d’UMD (Lecteur optique au format propriètaire de Sony) remplacé par une mémoire internet de 16 Go.

Oui vous avez bien lu Sony abandonne le format UMD qui n’a jamais été désiré par le marché et qui handicape lourdement la jouabilité de la console avec de trop long accès disques. En effet sa consoeur (la Nintendo DS) bien que moins avancée techniquement donnait l’impression de faire tourner les jeux bien plus rapidement et sans barre de téléchargement interompant fréquemment le jeu. Bref cet UMD a toujours été le principal point faible de la PSP.

Les raisons du choix de ce format de disque UMD était de proposer un catalogue de films à ce format (avec également des lecteurs de salon) et d’éviter le piratage.  Mais les pirates ont rapidement trouvé la parade et les éditeurs de films ont trouvé que les volumes de vente d’UMD étaient bien trop faibles pour rendre ce format rentable.

Mais Sony ne fait pas qu’abandonner le disque UMD, il abandonne aussi par la même occasion les supports physiques des jeux.

En effet Sony ne prévoit pas de vendre comme son concurrent Nintendo des cartouches de jeu. Sony à décidé (pour l’instant car il y a un emplacement pour des « memory stick »  supplémentaires) de supprimer totalement le support physique au profit d’un téléchargement sur internet ou sur une « Playstation 3 » connectée au réseau.

Pour les utilisateurs de la première PSP Sony se veut rassurant. Il explique que la Go ne remplacera pas les anciennes générations et que les nouveaux jeux seront distribués en UMD pour ces machines. Vu le faible parc de machine en activité on peut quand même se demander si la rentabilité et la crise ne va pas précipiter la fermeture des unités de fabrication de ces disques. Mais bref…

Cette nouvelle ne paraît pas vraiment révolutionnaire à une époque ou Worl of Warcraft bat des records sur PC et ou Microsoft et Nintendo proposent le téléchargement de jeux léger sur leur console via leur serveurs. Mais pourtant l’implication de cette décision, si Sony s’y tient, est montrueusement dangereuse pour les acteurs de la distribution de jeux vidéos.

Les fabricants perdent de l’argent sur le prix de la console.

Et la PSP Go ne doit pas faire exception à la règle. Si ils continuent a vendre des consoles c’est parce-qu’ils se rattrapent sur les consommables que sont les jeux.

Il faut savoir que cette situation est répercutée auprès des professionnels du secteurs qui sont obligés de vendre les consoles à un prix fixes selon des marges réduites. Mais comme les fabricants les distributeurs spécialisés (je ne parle pas des supermarchés) peuvent se rattraper sur la vente de jeu ou les marges sont bien plus confortables. Ces marges peuvent même être multipliées par la reprise et vente de jeux d’occasions. Bref si la console n’est pas un produit intéressant financièrement à la vente la création de valeur c’est le marché des jeux.

Vous pouvez donc comprendre que la dématérialisation du jeu pose un gros problème aux distributeurs spécialisés qui vivent de ces support matériels et leur supprime aussi la possibilité de faire de l’occasion (puisque chaque jeu dé-matérialisé n’est vendu qu’une seule et unique fois).

Par contre le jeu dématérialisé pourrait bien faire le bonheur du commerce en ligne.

Psp_go_amazonAu États Unis Sony a annoncé un partenariat avec Amazon.com qui se mettrait à vendre des codes permettant le téléchargement des jeux de la PSP Go. En effet le futur de la distribution de jeux dématérialisés passe forcément par internet.

Phénomêne bien connu des vendeurs d’Ebook sur internet ou d’entreprises comme Facebook, Twitter, ou consors,… les sites internets vendant des produits dématérialisés représentent le ratio « frais fixes/Rentabilité » parmi les plus intéressants du commerce moderne. Ce ratio est impossible à atteindre avec un commerce classique comme celui de la distribution spécialisée.

La vente de jeux dématérialisés fait déjà recette avec des jeux gratuits dont les options sont payantes. La vente de jeu dématérialisés pour console est donc une des activités à venir parmi les plus exitantes possible. Mais pourtant on ne peux que réfléchir en songant que Sony pourrait fort bien supprimer le canal intermédiaire de la distribution pour maîtriser toute la chaîne comme peu le faire par exemple Nescafé avec ses cartouches Nespresso.

Pourquoi Sony se charge pas lui même de la vente de ses jeux ?

Je pense que la première raison est d’essayer de ne pas se mettre à dos les distributeurs des autres produits de sa marque. En effet si les distributeurs voient arriver un tel virage pris par Sony, ils pourraient bien se mettre à boycotter la Playstation 3 qui aujourd’hui après des début difficiles semble commencer à toucher un public plus large que celui des « early adopters » « hard-core gamer » et « technophiles » :-) .

La seconde raison c’est que Sony est loin d’être un des meilleurs vendeur de jeux. Même si il sont parfois capable de sponsoriser en son nom propre des projets devenus des véritables succès il ne savent pas vraiment vendre ce type de produit. Les éditeurs de jeux, les sites internet, les magazines spécialisé et les vendeurs de la distribution spécialisée sont bien plus performant qu’eux pour faire monter le désir sur l’offre de jeux. Sony sa spécialité c’est le matériel (sans jeux de mots).

Pourtant, cela fait quelques années que l’on parle de la console connectée à internet qui y trouverai des jeu et des amis pour jouer avec vous. Sans être dans le secrêt des dieux il se dit avec insistance que la prochaine Playstation serait une console de ce genre. Notez que l’on a dit la même chose pour la Playstation 3 mais malgré le succés du Xbox Live Sony à préféré garder un modéle de business classique pour sa console. Personellement, je pense qu’il ont fort bien fait, car le marché n’était pas encore mûr.

Si Sony avait beaucoup à perdre en adoptant la dématérialisation pour sa console phare, il en est tout autrement pour sa PSP qui reste a ce jour son plus beau gadin vidéoludique et l’époque n’est plus la même. On peut se dire aujourd’hui que la PSP Go est bel et bien le test grandeur nature de la viabilité de la dématérialisation.

La fin d’un business-model et le début d’un autre.

Si ce test est une réussite il est sûr que les prochaines consoles devraient suivre ce modèle. Les business-model basé sur la vente de support physique devraient donc être amené à disparaître.

A contrario, il est grand temps pour vous, si l’univers vidéo-ludique  vous intéresse, de réfléchir à mettre en place un commerce dédié à donner de la valeur aux jeux dématérialisés. Pour accompagner cette révolution du marché du jeu vidéo dans son développement.

A suivre…

Rubriques : Actualité, Business.

Mots clefs : , , , , , , .


One Response

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.

Continuing the Discussion

  1. Twitted by camj59 linked to this post on 9 octobre 2009

    […] This post was Twitted by camj59 […]



Some HTML is OK

or, reply to this post via trackback.

*



'+
1
'+
2 - 3
4 - 5
6 - 7
8 - 9
10 - 11
12 - 13
13 - 14
[x]