Skip to content


La théorie ne sert-elle à rien par rapport à la pratique ?

T_un_killer_02Ce n’est pas la première fois que je suis confronté à cette idée reçue que la théorie est chiante, lourde et ne sert a rien par rapport à la pratique rodée à coup de tests. Je dirais même que c’est parfois devenu un leitmotiv de discussion entre moi et certains entrepreneurs du web qui se sont passés de la théorie.

Mais en lisant le Blog de Patrice Cassard il y a quelques jours qui comparaît les experts du web à des spécialistes de l’assurance : « Mortel à en mourir donnant des conseils qui ne servent a rien » je ne pouvais m’empêcher de réagir.

Selon patrice dans son article : La méthode

Dans les années 70 Woody Allen disait « Il y a de plus mauvaises choses dans la vie que la mort. Avez-vous jamais passé une soirée avec un vendeur d’assurance ? » … Ben si il a dit ça à l’époque, c’est surement qu’il ne connaissait aucun spécialiste e-commerce & référencement.

La tournure dramatiquement professionnelle que prend le e-commerce au fil des mois et des années, me rend triste. Je suis bien au courant que c’est un processus normal et inévitable, mais au fil des billets, des avis, et des rencontres, voir des experts en la matière et des spécialistes auto-proclamés disserter, cataloguer et définir des processus de bon usage, me fais chier.

Ou est passé la spontanéité ? La passion, et la rigolade ? Que ce soit des chemises, des chaussettes ou des petits-pois les recommandations seront….          Lire la suite —>

Voici donc ma réponse :

En tant que mythomane expert du web notoire, je ne peux laisser dire de telles choses sur ces beaux métier du web qui nécessitent aujourd’hui des degrés d’expertise toujours plus poussés.

Sérieusement : J’ai déjà eu par ailleurs (www.forum-e-commerce.com) ce type de discussion avec des entrepreneurs spontané (Nico et Thierry si vous, vous reconnaissez^^) qui pensent que s’encombrer de la théorie est une perte de temps totale.

Ils ont eu leur idée, il se sont lancé et à force de tests et de pugnacité ils sont arrivés à monter des commerces rentables sans se prendre la tête avec des théories marketing, seo, ou autres.

Je les admire beaucoup pour cela, mais force est de constater que comme monsieur Jourdain faisait le la prose sans le savoir, ces commerçant du web on profité d’un certain « talent/savoir faire/chance » qui les a aidé dans leur quête sur internet.

Comme le faisaient remarquer certains ici (que je pense fan), Patrice a également mis en place une stratégie qui s’est avérée gagnante (même si celle-ci n’était peut être pas aussi spontanée que l’auteur de ce blog veut bien l’avouer).

Mais il faut avouer qu’être un « natural » n’est pas à la portée de tout le monde et pour 1 exemple de réussite spontanée il y a plus de 100 ou même 1000 échecs dont personne ne parle (ou rarement, n’est-ce pas Delphine ?).

Si l’on veut aider ces entrepreneurs il faut bien essayer de les mettre sur le droit chemin en leur expliquant les bases de la théorie. Cette théorie ne va pas leur assurer le succès a tout les coups ou correspondre forcément au business qu’ils mettent en place.

Mais elle peut leur donner juste le coup de pouce suffisant pour faire décoller une affaire qui trouvera au final sa rentabilité à force d’expérimentations.

Pour prendre pour exemple encore une fois le cas Torpille (désolé Delphine, je le jure ce n’est pas de l’acharnement) il est immensément dommage qu’un business aussi intéressant en terme de fabrication et création de gamme soit mis en échec simplement parce que Delphine à manqué des clefs lui permettant de maîtriser le canal de vente internet qu’elle s’était choisi. Nous avons tous déplorés ici ou ailleurs le beau gâchis qu’a été ce site internet et le fait que Delphine n’ai pas été bien épaulée au départ de son projet.

Tout cela parce-que Delphine n’a pas eu la chance d’avoir des dons naturels pour mettre en place un business-model (et plan) qui fonctionne ?

Internet serait-il réservé qu’a ceux qui ont du talent ou de la chance ?

Je ne crois pas non. Donc pour les autres il reste la théorie. Certes chiante a mourir lorsque l’on parle de sémantique, de rentabilité, de marketing, de référencement, de trafic….

Mais au fond de cette théorie vous pourriez bien trouver le coup de pouce qui vous manque.

Rubriques : Actualité, Humeur, Marketing.

Mots clefs : , , , , , , , , .


4 Responses

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.

  1. Mister parapluie / Nico says

    Yes je me reconnais 😀

    Juste une petite précision : ne pas s’arrêter à la théorie ne veux pas dire la rejeter. Sauf que d’un côté il y a la théorie, de l’autre la réalité du terrain.

    Ce n’est pas dans les écoles qu’on apprend à travailler, c’est sur le terrain avec ses petits doigts musclés, l’école sert à nous donner un bagage, à nous apprendre à penser de la bonne façon pour pouvoir avancer soit même, faire face à la réalité des faits.

    D’ailleurs il suffit de discuter avec des « intellectuels universitaires » pour s’apercevoir qu’ils ne connaissent rien à « la vrai vie », ceux que 99% des gens rencontrent au quotidien. Ils restent cloitré dans leurs théorie lues dans les livres sans se rendre compte que certaines sont obsolètes, ont évoluées, ne sont pas adaptées à un cas particulier, etc…

    La différence entre la théorie et la pratique c’est la prise de décision. La théorie est immuable, c’est comme ça et pas autrement. La pratique c’est vivant, on doit prendre des décisions sous peine de mourir.

  2. Érik NICOLAS says

    C’est vrai que l’on peut se noyer dans la théorie et l’indécision. Je pense qu’il faut au final accepter l’idée que son action puisse être une erreur.

    On peu repousser l’action à toujours plus tard pour essayer de rendre ses décisions théoriquement moins dangereuses. Au final l’inaction fini quand même par vous tuer.

    D’un autre coté l’action sans une réflexion suffisante peut vous coûter très cher.

    Comme d’hab il faut savoir équilibrer son action entre les deux extrêmes.

  3. Pierre says

    Bonjour,

    Je pense qu’il manque un paramètre dans cette analyse, le bon sens. Nico et Thierry par exemple en sont pétris. Ors, quand je vois le cas de Torpille, par exemple, puisqu’il est cité, il a totalement manqué. Les e-commerçant partent du principe qu’internet c’est facile, alors que ce n’est qu’un canal supplémentaire. Il faut le gérer comme un vrai magasin, avec quelques nuances, certes.
    C’est là que la théorie peut intervenir, mais en soutient. Personnellement, je commence toujours par essayer pratiquement avant d’attaquer la théorie, sinon, je ne comprend rien.
    En gros, la théorie est une béquille de la pratique, utile pour éviter de se casser la figure, mais utilisée avec parcimonie.

    Pierre

Continuing the Discussion

  1. Les tweets qui mentionnent La théorie ne sert-elle à rien par rapport à la pratique ? – ECOMblog.Fr -- Topsy.com linked to this post on 18 décembre 2009

    […] Ce billet était mentionné sur Twitter par Camille Jourdain, Erik NICOLAS. Erik NICOLAS a dit: ECOMblog.fr – La théorie ne sert-elle à rien par rapport à la pratique ? – http://bit.ly/7azTI1 […]



Some HTML is OK

or, reply to this post via trackback.

*



'+
1
'+
2 - 3
4 - 5
6 - 7
8 - 9
10 - 11
12 - 13
13 - 14
[x]