Skip to content


Sémantique Générale : Explorer les limites de la perception humaine !

Pour présenter votre offre sur internet (ou ailleurs) le plus important ne sont pas les caractéristiques technique de vos produits mais plutôt ce qu’en perçoit vos prospects. Comme le disait Andrew Grove : La qualité de notre communication est déterminée, non par la manière dont nous disons les choses, mais par la manière dont elles sont comprises. Lorsque l’on parle de perception vis a vis d’une forme de communication écrite, visuelle ou autre les travaux d’Alfred Korzybski sur la sémantique générale doivent être évoqués. Nous allons explorer brièvement dans cet article la portée de ces travaux et leur impact sur votre business.

Si les travaux d’Alfred Korzybski parlent de perception, il faut avouer que les concepts issus de ses travaux sont loin d’être à la portée de celle du commun des mortels. Nous allons donc dans cet article simplifier la portée de ces travaux afin de les rendre accessible au plus grand nombre. Il est évident que la réflexion de KORZYBSKI était bien plus profonde que les quelques concepts esquissés dans cet article. Et de ce fait cet article illustre parfaitement l’un des principaux dogmes de KORZYBSKI qui dit : « Une carte n’est pas le territoire qu’elle représente »

L’œuvre de Korzybski tourne autour de la fondation de ce qu’il appela lui-même une « science de l’homme ». Il entreprit d’étudier le fonctionnement de l’homme dans son environnement. La façon dont notre système nerveux perçoit, interprète et modifie, entre autres, ce qui se trouve autour de lui. Il a essayé d’établir une méthode permettant aux hommes de mieux communiquer, de mieux se comprendre, d’agir conformément aux faits et non à des représentations erronées, acquises ou innées, dont la plupart ne prennent pas conscience…

Par exemple si je vous parle du Maroc plusieurs idées peuvent vous venir a l’esprit :

  • Tourisme : Les plages méditerranéennes sont faites pour vous: à Breich, l’eau est fraiche, à Dalya elle est transparente et ne fait pas de vagues. Les côtes marocaines n’ont que du bonheur à offrir. Pour tous les gouts, toutes les conditions. Pas la peine d’appeler la météo: le soleil est (quasi) assuré !
  • Géographie : Le Maroc (officiellement Royaume du Maroc) est un pays situé au nord-ouest de l’Afrique appartenant au Maghreb. Il est bordé par l’océan Atlantique à l’ouest, par le détroit de Gibraltar et la mer Méditerranée au nord, par l’Algérie à l’est et par la Mauritanie au sud, au-delà du Sahara occidental. Le Maroc a pour capitale Rabat.
  • Les statistiques : La population du maroc est de 29 891 708 individus selon le dernier recensement des autorités marocaines en 2004. Produit intérieur brut en milliards de dollars US 62,3. Croissance du PIB (prix constants) 7,3 % En 2006 3,5 % En 2007 Taux d’inflation 3 % En 2006 2 % En 2007
  • L’histoire : Peuplé à l’origine par les Berbères, le pays s’ouvre à l’influence des Phéniciens et des Carthaginois, puis se soumet jusqu’au 5e siècle aux Romains. Dés 647, débutent la conquête arabe et l’islamisation. A partir du 16e s., les empires de souche arabe, Saadiens puis Alaouites, assurent l’unité et l’indépendance, exception faite du protectorat français (1912-1956).

Le Maroc est a la fois tout ceci et rien de tout cela. En effet même si vous pouviez compter le nombre de grain de sable composant le Maroc et donner précisément sa composition moléculaire en couchant ces données sur un documents vous ne pourriez dire ce qu’est précisément ce pays. Quelle que soit votre idée du maroc cette idée est erronée. Votre perception concernant le maroc n’est que la vôtre et cette idée doit être bien différente dans l’esprit d’un marocain ou de votre voisin. Ceci pour démontrer un des principal dogme de Korzybski : Quoi que vous puissiez dire d’une chose qu’elle est, elle ne l’est pas !

En essayant de définir verbalement (ou autre) quelque chose vous inférez directement sur sa perception. Vous connaissez tous «la Trahison des images» le fameux tableau de René Magritte, peintre belge surréaliste ou l’on peu voir une interprétation graphique très réaliste d’une pipe contredite par le texte situé en dessous du dessin qui dit : « Ceci n’est pas une pipe ». Et bien c’est la démonstration vivante de ce concept.

René Magritte en réalisant ce tableau n’a pas fait une pipe, car vous ne pouvez fumer avec cette pipe la. Il a peint, sur une toile plane, une image censée représenter un objet qui a de multiple dimensions. Tous ceux qui on reconnu un pipe on été victime d’une imposture graphique. A vrai dire le public refuse en général l’affirmation qui se situe en bas de la toile (bien quelle soit vraie) car il est victime de ses acquis culturels et environnementaux.

Après la Première Guerre Mondiale, Korzybski et quelques autres entreprirent d’analyser les facteurs qui précipitaient l’homme dans de tels désastres. Pour répondre a cette question Alfred Korzybski c’est demandé: “Quelle est la caractéristique unique qui fait des êtres humains des humains ?” Il observa d’un oeil neuf qu’à la différence des animaux, chaque génération humaine a la capacité potentielle de repartir du point où la génération précédente s’est arrêtée. Il analysa les processus socio-culturels et neurologiques par lesquels les hommes peuvent créer, conserver et transmettre le fruit de leurs apprentissages personnels aux générations futures. Il baptisa cette capacité neurologique unique le time-binding (le lien a travers le temps)

Le vecteur de ce time-binding serait la structure de nos formes de représentation (langages, etc.) qui s’est révélée avoir une importance primordiale dans l’histoire de l’homme. Avec le regard pratique d’un ingénieur, Korzybski se demanda: “Pourquoi les structures bâties par les ingénieurs ne s’effondrent-elles généralement pas, alors que les systèmes politiques, économiques, sociaux, …, qui sont également des produits humains, s’effondrent sporadiquement, sous forme de guerres, de révolutions, de dépressions financières, de chômage, etc.?

Ce qui amena la question suivante: “Que font donc les ingénieurs, lorsqu’ils bâtissent des ponts ou autres ouvrages ? La réponse serait qu’ils utilisent un langage spécial, restreint mais ‘parfait’, appelé mathématiques. Ce langage permet d’obtenir en conséquence des résultats empiriques prédictibles.”

A contrario Korzybski s’interrogeant sur ceux qui édifient les structures politiques, économiques, sociales,… découvrit qu’ils emploient des langages dont la structure n’est pas similaire aux faits réels de la science et de la vie tels que nous les connaissons. En conséquence, les résultats sont imprédictibles et il s’ensuit des désastres.

D’aprés Alfred Korzybski la pensée imposée par Aristote est la cause d’une bonne partie de ce gachi (la pensée Aristotélicienne). Korzybski rejeta donc avec sa théorie les principes de contradiction d’Aristote (”Rien ne peut à la fois être et ne pas être”) et du tiers-exclu (”Tout doit, ou bien être, ou bien ne pas être”) et introduisit celui de non-toutité (non-allness) . Les principes de la sémantique générales sont donc présenté comme non Aristotélicienne (ou Ã).

Présenté en résumé comme ceci Korzybski peut paraître un peu dérangé intellectuellement et un peu trop amoureux de sa calculette (n’oubliez pas que mon article n’est qu’un résumé grossier de ses travaux et déformé par mes acquis culturel, ma perception, la longueur de cet article,…) mais je vous assure qu’il n’est est rien et le meilleur est a venir.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire la sémantique générale n’est pas une nouvelle manière de s’exprimer suffisamment claire et documentée pour éviter tout quiproquo de langage. Alfred Korzybski avec la sémantique générale s’interroge sur le sens des mots et leur symboles mais il s’oriente autant et davantage vers la neurophysiologie, la psychiatrie ou les théories de la communication. L’enseignement de la sémantique générale englobe l’observation, la perception, l’interprétation de son environnement, … C’est une méthode d’éducation qui permet de penser différemment. C’est cet enseignement qui a entousiasmé un bon nombre de contemporains de Korzybski comme l’auteur de Science-Fiction A. E. van Vogt.

Pour Van Vogt la sémantique générale transforme Gilbert Gossein (le héros de son roman Le monde des Ã) en véritable sur-homme dont la capacité à observer, interpréter et réagir à son environnement permet de sauver la terre d’une invasion.

Mais quel est l’impact des travaux d’Alfred Korzybski sur ma communication web allez vous me dire ?

C’est simple le travail d’Alfred Korzybski est intéressant à plusieurs points de vue :

  • Premièrement Alfred Korzybski à énormément travaillé sur la neurophysiologie et les divers moyen de cognition. Comme le plus important dans votre offre n’est pas les spécifications de celle ci mais la perception que peut en avoir votre future clientèle il est bigrement intéressant de savoir comment elle va percevoir vos produits.
  • Deuxièmement Korzybski a mis en avant les défauts de l’éducation « Aristotélicienne » partagée par la majorité de l’humanité. Cette éducation est une sorte de filtre qui va faire réagir l’homme d’une certaine façon face a certain stimulis.
  • Enfin Korzybski a mis en avant les défauts de la sémantique classique qui peut induire l’observateur en erreur lors de l‘utilisation de certains mots ou tournures de phrases.

Soyons clair contrairement à Alfred Korzybski notre objectif en tant que marketeur n’est pas de combattre ces grand travers de la pensée «Aristotélicienne» afin d’élever l’homme au niveau du Ã, mais plutôt d’utiliser ces travers de l’humanité à notre profit. Vous allez voir que marketeurs et publicitaires ont bien compris ces concepts et les utilisent a leur avantage.

Prenons par exemple pour un produit le qualificatif de « série limitée ».

  • Pour un Aristotélicien (soit votre client lambda) ce produit est disponible de façon limitée et comme tout ce qui est rare est forcément recherché l’acquisition de ce produit le différencie et le valorise par rapport au commun des mortels. Ce qui est rare est souvent cher, si au contraire votre produit n’est pas très onéreux c’est donc une excellente affaire.
  • Pour un non aristotélicien (Ã) ou pour le marqueteur cela veut dire que c’est une fin de série (par exemple un invendu) donc son stock est forcément limité. Ou c’est un produit dont on a limité les caractéristiques habituelles pour arriver a en limiter le coût de production (d’ou le prix avantageux).

Un autre exemple : «offre spéciale»

  • Pour le commun des mortel c’est un produit dont l’offre est forcément moins chère, plus intéressante, …
  • Pour le marketeur c’est un produit vendu différemment. Dans un contenant plus grand, ou un lot dont le nombre d’unité est inhabituel, un packaging d’une couleur différente,…

Voici deux offres qui n’ont au départ rien de particulier a l’exception de la façon de les présenter qui va donner au consommateur lambda en manipulant sa perception et ses acquis culturel l’impression quelles sont exceptionnelles.

Vous pouvez maintenant évaluer toute l’étendue des avantages apporté par la lecture des travaux de Korzybski et leur impacts sur votre business. Si vous avez résisté a cette longue page de littérature pour arriver jusqu’ici, vous êtes maintenant prêt à profiter de l’expertise d’Alfred Korzybski en consultant les liens suivant :

Rubriques : Cognition, Graphisme / Css, Marketing.

Mots clefs : , , , , , .


One Response

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.

Continuing the Discussion

  1. Internet Cognitif : L’être humain a tendance à simplifier les choses selon le contexte. – ECOMblog.Fr linked to this post on 12 juillet 2010

    […] Sémantique Générale : Explorer les limites de la perception humaine ! […]



Some HTML is OK

or, reply to this post via trackback.

*



'+
1
'+
2 - 3
4 - 5
6 - 7
8 - 9
10 - 11
12 - 13
13 - 14
[x]