Skip to content


Marre de vous battre contre les moteurs de recherche, pourquoi ne pas envoyer chier Google ?

Google, Google, Google ! Si vous essayez de monter un business sur internet ou d’offrir une visibilité à votre offre sur ce média, Google est de l’avis unanime le passage incontournable.

De n’importe quel point de vue que vous vous tournez Google bouche votre horizon. Google est une prison pour votre site internet et délivre selon son bon vouloir les autorisation de visites de votre geôle.

Pris au piège, réduit à l’impuissance vous ne pouvez que contempler vos statistiques et compter les  visiteurs qui vous séparent du succès ou de la rentabilité de votre activité.

Lorsque l’angoisse est trop forte vous consultez le moteur de recherche pour connaître la position de votre site dans la liste de résultats délivrés par Google et travaillez encore une fois votre site pour arriver à placer votre offre à la mythique « première place sur Google ».

Cette course à la première place Google devient vite une obsession. Vous pensez à Google, vous écrivez pour Google, vous travaillez pour Google, vous mangez Google, vous respirez Google, vous créez des sites pour Google en oubliant qu’au départ ils étaient réservé à votre clientèle…

L’univers internet tout entier tourne autour du Dieu Google et s’empresse de faire ses 4 volontés afin de s’assurer une place au paradis d’un trafic prétendument gratuit (malgré tout le travail que cela vous demande). Trafic qui serait quasiment l’unique fournisseur de clients  potentiel pour votre activité.

Sans Google, tout le monde vous le dira, il n’y a point de commerce.

Votre trafic va se tarir, vos clients déserter, votre commerce péricliter, votre activité mourir, votre descendance sera maudite pour au moins les 3 générations à venir.

Votre recherche du paradis s’accompagne bien évidement aussi de la peur de l’enfer. L’enfer du dé-référencement, de la désaffection, du bac a sable, et même (paroxysme de la déchéance) du Black listage,  punition ultime de l’ange de la mort  délivrée pour sanctionner tous les péchés impies d’une méthode de référencement vraiment trop poussée.

Vous l’avez compris, Google fait de votre vie d’entrepreneur du web un véritable enfer, mais il n’y a rien que vous ne pouvez faire pour arranger les choses. Tout le monde vous le dira, il faut être ami avec Google. Mais Google est-il vraiment votre ami ?

Google est l’ami de celui qui cherche, mais en aucun cas de celui qui veut être trouvé.

Dés qu’il le peut, Google vole votre trafic, détruit votre « business-model », méprise votre travail quotidien destiné à lui faire plaisir.

Google décide que votre concurrent le plus proche est subitement plus digne d’intérêt que vous, voire même que vos 10 concurrents les plus proches sont détenteurs d’une réponse plus pertinente que la votre.

Google peut décider qu’une encyclopédie ou un site assez peu en rapport avec les mots clef définissant votre activité est une réponse de substitution 1000 fois plus intéressante  que votre offre, vous empêchant pour toujours de profiter des premières places tant convoitées.

Si tu doit être l’ami de Google, Google n’est jamais ton ami et si il te tape dans le dos c’est pour y trouver un endroit tendre ou planter son couteau.

On parle aujourd’hui des Microformats qui permettraient a Google d’indexer de façon plus efficace le contenu de vos sites. Tout le monde (et je dit bien tout le monde) va vous conseiller de vous y mettre car ceux qui ne l’auront pas fait sont assurés d’une visibilité moins bonne que ceux qui auront travaillé pour Google.

Je peux dors et déjà prévoir une forte désillusion a tous ceux qui auront décidé d’indiquer clairement le prix de leurs produits entre deux balises pour que Google puisse le diffuser clairement. Renseigné sur vos tarifs par Google votre client potentiel ne viendra plus vous visiter.

Vous, vous attendiez à quoi, une tape amicale ?

Vous l’avez compris, dans votre relation avec Google vous ne pouvez vous attendre qu’a de longues souffrances en l’échange d’une aumône composée de quelques visiteurs.

Pour éviter cela vous pouvez décider que ce « trafic gratuit » vaut bien de dépenser un peu d’argent en faisant appel à un professionnel endurci par l’expérience qui répond au doux nom de « référenceur ».

Cet homme d’expérience sait (contrairement a vous) comment manipuler l’algorithme de Google en votre faveur (enfin il en est convaincu).

Contre toute attente (et un chèque mensuel) il réalise un travail de fourmi sur la sémantique et l’échange de lien pour faire avancer votre site vers la terre promise et au bout de quelques semaines cela marche. Le nombre de vos visiteur augmente et logiquement (si votre référenceur est bon) vos ventes aussi.

Tout le monde devait avoir raison depuis le début !

Grâce a Google vos affaires semblent progresser et vous imaginez déjà dans quelques années que vous pourrez vous assoir à la table de Jeff Bezos (créateur d’Amazon) ou de Steeve Jobs pour deviser calmement de l’évolution du marché en fumant un gros cigare. Mais avant de réserver le restaurant, il faut que je vous dise quelque chose :

« Ce n’est pas parce qu’ils sont nombreux à avoir tort qu’ils ont raison » (Coluche).

Google est-il si important pour votre Business voire pour votre trafic ? L’entrepreneur du web qui veut monter un commerce pérenne et rentable doit-il supporter ce jeu de roulette russe d’un moteur de recherche qui n’est en fait qu’un super annuaire téléphonique (enfin plutôt internet). Comment assurer la continuité d’un commerce qui serait aussi dépendant des humeurs d’un tiers incontrôlable ?

Ne trouvez-vous pas étonnant de payer aussi cher un trafic désigné par tous (y compris Google)  comme naturel et gratuit ?

Certes les référenceurs vous apportent du trafic. Mais si l’on devait définir l’efficacité de leur travail, on parlerait de « bénéfices thérapeutique insuffisants. »

Pourquoi ne pas remettre Google à la place qui lui revient, c’est à dire celle de la cerise sur le gâteau de votre référencement et dépenser vos efforts et votre argent pour d’autres sources de trafic plus maîtrisables ?

Réfléchissez-bien, du moment que votre site est optimisé (et pas sur-optimisé) pour l’indexation dans les moteurs de recherche (et ça c’est le travail de votre développeur (quand il est bon)), pourquoi dépenser plus d’effort et d’argent concernant Google ?

  • Si vous faites de la publicité, cela vous apporte du trafic et conduit Google vers votre site. Si vous faites des liens sponsorisés, vous payez directement Google, mais vous êtes assuré d’un trafic maitrisable et régulier.
  • Si vous faites une opération de relation presse (dossier de presse, promotion de votre offre, interview,…) Non seulement vous travaillez a votre visibilité de façon intelligente mais les liens trouvés sur les sites de presse travaillent aussi à votre référencement.
  • Si vous faites du « Community Management » , non seulement vous ouvrez un canal de discussion direct avec vos clients et travaillez votre image de marque, mais vous travaillez également votre référencement sur Google sans vous casser la tête.
  • Ect…

Il y a quelques jours j’ai écris un article sur certains aspect techniques du référencement ou je définissait que les référenceurs allaient devoir modifier leur métier pour devenir « Fournisseurs de Trafic Qualifié » (FTQ pour les intimes^^. Ce sera l’objet d’un prochain article).

Cela veut dire a mon sens que les référenceurs doivent se concentrer sur des source de trafic maîtrisables et évaluer la pertinence et la qualité de leur travail via les statistiques du site (et non pas selon une position illusoire sur Google)

Lorsque l’on est entrepreneur sur internet, c’est bel et bien de cette façon que l’on doit travailler les sources de trafic . On travaille avec des sources stables et garanties. Si cela augmente par la même occasion le trafic naturel tant mieux et cette augmentation est même logique (et souvent égale à celle que pourrait vous apporter un référenceur).

Mais il ne faut pas que le trafic apporté par les moteurs de recherche représente la plus grande majorité des visiteurs de votre commerce en ligne. Si c’est le cas, et que soudain Google vous prend en grippe, quel pourcentage de clientèle pouvez vous perdre avant de mettre votre entreprise en danger (50, 60, 80%) ?

Si vous voulez assurer la pérennité de votre activité il faut veiller justement au fait que Google ne vous apporte pas plus de trafic que vous pouvez en perdre tout en conservant un business rentable. Le trafic apporté par les moteurs de recherche ne doit pas donc dépasser les 30 à 35% de votre trafic global.

Comprenez-moi bien, je n’ai pas dit que vous devez réduire votre trafic pour gagner de l’argent. J’ai dit qu’il faut l’augmenter d’au moins 60% avec des sources de trafic bien plus fiables que Google. Croyez-moi, mes sites les plus populaires en nombre de visites et taux de rebond faibles ne reçoivent que 30% de trafic venant des moteurs de recherche et en général ce trafic naturel a un peu plus que doublé par rapport au démarrage de mes sites ou il représentait la large majorité du trafic.

Sérieusement, si vous en avez marre de vous battre contre les moteurs de recherche, pourquoi ne pas oublier Google ? Cela pourrait s’avérer nettement plus profitable pour votre activité.


Note :  Désolé pour le titre trivial de cet article, mais je sais qu’ainsi il va générer un gros trafic venant des réseaux sociaux, j’ai besoin de rééquilibrer le trafic de ce Blog ^^

Rubriques : Business, Humeur, Référencement.

Mots clefs : , , , , .


12 Responses

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.

  1. David S. says

    Très pertinent cet article, je gage que Google va rapidement l’enterrer :-)

  2. Ju says

    Merci pour ce billet pertinent et intéressant
    Cependant, je me permets d’émettre quelques critiques issues de ma modeste expérience même si je suis d’accord avec les idées théoriques de ce article.
    D’abord, n’importe quel e-commerçant se suiciderai plutôt que d’abandonner ou délaisser Google pour l’apport trafic d’autant plus pour un pure player qui se lancerai. Le fait d’annoncer à un e-commerçant de moins prendre en compte Google dans sa stratégie de référencement et de visibilité le ferait vomir instantanément ou déclencherait une scène de pugilat des plus sanguinaires.
    Deuxième chose, je suis complétement d’accord sur le fait que nous devenons de plus en plus les prostitués de Mr G. en acceptant toutes les passes à son profit et pour sa distraction personnelle. Cependant avec l’ampleur que prend Facebook et autre Twitter (qui lance d’ailleurs son système de régie pub), il est fort à parier qu’ils vont devenir les nouveaux proxénètes du web en nous imposant à leur tour leurs dictatures comme Google le fait actuellement. Dans un sens, on va simplement changer de mac.
    Désolé pour la longueur insultante de ce commentaire et pour les métaphores graveleuses qui y sont associées.
    Je tenais simplement à réagir avec franchise et honnêteté et alimenter le débat, sans agressivité aucune.

  3. Érik NICOLAS says

    Merci a vous deux pour vos commentaires.

    Je repasse plus tard pour une réponse plus complète

  4. denel says

    un seul mot BRAVO !
    punaise ca fait du bien , je gage que ce discours collé à la réalité va faire des émules

  5. Benoit says

    Hey Hey,
    Tu t’es fait bannir un de tes sites pour etre tant en colere ? 😉 Personellement j’aime bien google moi vu le trafic qu’il m’apporte.

  6. Érik NICOLAS says

    @Benoit
    Bah, non, je n’ai jamais eu de problème avec le trafic de mes sites, même les plus dépendant de Google (j’en ai sur le lot qui reçoivent 90% de leur trafic venant des moteurs de recherche).

    Pourtant lorsque je veux investir du temps ou de l’argent pour améliorer le trafic d’un de mes sites, je ne m’occupe pas de Google. Je travaille pour capter mes visiteur de façon plus sûre, plus qualifiante et travaille mon contenu pour eux (pas pour le moteur de recherche).

    Et vous savez quoi ? Google ne m’en veut pas du tout de ne pas devenir son ami a tout prix. Par exemple le dernier article que j’ai mis en ligne sur ce site est positionné en 10 minutes N° 7 sur un total d’environ 52 500 000 pour les mots clefs « futur du e commerce ».

    Pas de quoi me plaindre, n’est ce pas ?

    Mais si en fait Google m’avait positionné en queue de peloton et bien,…Je m’en moque complètement. Google apporte moins de 30% du trafic de ce site 😉

    Sérieusement (et la je parle a @Ju également) si les « pure players » débutant du e-commerce investissaient leur argent et le temps passé au référencement Google dans des opérations de communication apportant un trafic garanti et qualifié ils verraient que c’est nettement plus rentable pour eux ne serait-ce qu’en terme de conversion client.

    Mais le véritable problème est peut-être que le prestataire technique réalisant leur site serait alors dé saisi d’une budget concernant la visibilité de l’offre. Dans ce cas la ce prestataire ne peut pas conseiller à son client d’investir de façon plus rentable pour son business en allant placer son argent ailleurs (parfois même en dehors d’internet).

  7. Sébastien Dubas says

    Article très intéressants et même logique, si on a une affaire avec un gros client qui rapporte plus que tous les autres réunit s’est lui le patron

  8. chasseur immobilier toulouse says

    Voilà un article bien tourné, précis et qui ne laisse pas indifférent….

  9. Serge Demoulin says

    Bonjour Erik

    Désolé de te dire que je n’approuve pas du tout ce que tu écris et que ça va même à l’opposé de ce que je pense…

    Rien dans ce que tu écris n’est justifié ni expliqué…
    Alors pourquoi tant de haine contre Google ?

    Fais-en ton ami et suis ses conseils et tu en tireras des bénéfices et tes clients aussi….

    Amicalement

  10. Frank says

    excellent article rarement vu sur le web sur un état de fait réel de google aujourd’hui, effectivement on vit google 24 heures sur 24.
    et comme je suis tout a fait dans le cas du pure player ecommerce débutant depuis 10 mois avec http://www.creaexpert.com , je suis un peu en google dépendance sachant que pour l’instant je ne fais pas de adwords et je ne cherche que du référencement naturel en faisant des tests, cela avance doucement sur les positions de mots clés ciblés, google fais bien ce qu’il veut.
    alors je travaille facebook page fan et twitter (twitter en bonne partie pour la veille), je viens de twitter l’article.
    encore félicitations pour cette super analyse

Continuing the Discussion

  1. « Parole de référenceur », une série d’interview concernant le référencement – ECOMblog.Fr linked to this post on 3 mai 2010

    […] Marre de vous battre contre les moteurs de recherche, pourquoi ne pas envoyer chier Google ? […]

  2. Twitted by wayenborgh linked to this post on 21 octobre 2010

    […] This post was Twitted by wayenborgh […]



Some HTML is OK

or, reply to this post via trackback.

*



'+
1
'+
2 - 3
4 - 5
6 - 7
8 - 9
10 - 11
12 - 13
13 - 14
[x]