Skip to content


Pour chasser les clients, prenez exemple sur les grands fauves

On connaît tous cette image extraite des émissions sur la vie sauvage où l’on voit ces grands fauves se prélasser mollement sous le soleil en attendant que l’heure du repas les pousse à se tirer de leur torpeur.

Bien que connu comme étant les plus grands prédateurs de la savane, ces animaux semblent ne pas se soucier particulièrement des proies qui les entourent et pourtant en quelques minutes ils trouvent de quoi satisfaire leur faim en réalisant ce qui semble être qu’un minimum d’effort.

On compare souvent la recherche des clients à la chasse et dans ce cas pourquoi ne pas étudier la méthode utilisée par ces formidables chasseurs.

Mais quelle est cette fameuse méthode ?

Et bien pour la comprendre il suffit d’écouter l’inévitable commentaire du narrateur de ce documentaire sur les grands fauves qui vous donne quelques clefs.

Les grands fauves ne font jamais une longue chasse. Si la chasse dure trop longtemps bien souvent leur proie finie par leur échapper.

Ils n’ont pas besoin de traquer leur proie, ils savent exactement ou la trouver, près d’un point d’eau.

Les fauves ne courent qu’après les proies qui vont leur donner le minimum de mal à attraper. Ce sont des animaux malades, vieux, isolés, qui vont être les moins rapides ou combatifs.

Quand on les voit jouer avec leur proie qui combat encore avec l’énergie du désespoir, on dit bien souvent que le fauve essaye de la convaincre que le meilleur endroit au monde se trouve entre ses pattes.

En prenant en exemple les méthodes de chasse des grands fauves se dessine une démarche commerciale qui est loin d’être « fair-play » mais qui peux être diablement efficace.

Premièrement la majorité de la chasse se compose d’une longue période d’observation.

Les fauves se sont aménagés près du point d’eau un endroit stratégiquement bien placé qui permet de laisser passer leur proie qui veut se désaltérer, tout en gardant ayant un poste d’observation qui leur permet de l’étudier au plus près.

En se prélassant au soleil couchés les uns avec les autres ils se fondent dans le décor et se font oublier de leur proie. Pourtant il ne faut pas se laisser abuser par cette évidente décontraction. Ils sont non seulement déjà au travail mais aussi peuvent échanger facilement des observations sans être vu car ils sont couchés les uns à coté des autres.

Ils jaugent, comparent leurs observations, et repèrent déjà parmi les animaux qui les entourent les cibles potentielles de leur chasse.

Il suffit qu’une de leur proie se trouve isolée, pour que nos chasseurs se lèvent tous comme un seul « homme » pour fondre sur leur cible.

La deuxième partie de la chasse est un ballet bien rodé

Les fauves savent exactement quand la chasse leur coûte trop cher (si elle dure trop longtemps) et doivent donc conclure celle-ci rapidement.

Pour cela ils utilisent une méthode bien rodée ou chaque fauve a sa place. Tel fauve va directement au contact tandis que tel ou tel autre contourne le terrain de chasse pour attraper la proie si elle tente d’éviter la manœuvre directe.

Bref chacun est à sa place et l’on compare la chasse des grands fauves à un ballet de mort ou chacun des acteurs est à sa place.

On peu même imaginer que si la proie à fini par s’échapper les fauves discutent ensemble pour appliquer une stratégie qui ne permettra plus à une proie de s’échapper de la sorte.

Bon vous aller me dire que c’est beau la vie sauvage mais que vous ne voyez pas quel enseignement tirer des méthodes de chasse des grand fauves.

Voyons ensemble quelles règles de conduites ont peu en tirer :

  • Sachez ou se trouvent vos prospects (le point d’eau de la savane)
  • Cherchez et trouvez un emplacement stratégique où vous pouvez les observer
  • Observez longuement vos prospects pour découvrir ceux qui sont le plus susceptibles d’être intéressé par votre offre.
  • Démarchez la population la plus facile à convaincre. Laissez les autres à vos confrères moins bien préparés.
  • Mettez au point un argumentaire de vente bien défini et efficace. Une vente rapide laisse peu de place à l’improvisation. Certains professionnels apprennent par coeur un texte en guise d’argumentaire et sont les plus efficaces quand ils n’en changent pas une virgule.
  • Démontrez à votre prospect combien il serait avisé de se profiter de votre offre et quel enfer serait sa vie sans celle-ci.
  • Finissez votre argumentaire en introduisant un critère d’urgence. Vous devez conclure rapidement pour limiter au maximum vos frais de prospection.
  • Améliorez votre argumentaire au fur et à mesure selon son impact sur le terrain. Ne rendez jamais inutile un échec en négligeant la leçon que vous pouvez en tirer.

Bonne chasse

Rubriques : Humeur, Vente.

Mots clefs : , , .


One Response

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.

Continuing the Discussion

  1. Les tweets qui mentionnent Pour chasser les clients, prenez exemple sur les grands fauves – ECOMblog.Fr -- Topsy.com linked to this post on 1 avril 2010

    […] Ce billet était mentionné sur Twitter par Erik NICOLAS. Erik NICOLAS a dit: ECOMblog.fr Pour chasser les clients, prenez exemple sur les grands fauves http://bit.ly/9NrBUR […]



Some HTML is OK

or, reply to this post via trackback.

*



'+
1
'+
2 - 3
4 - 5
6 - 7
8 - 9
10 - 11
12 - 13
13 - 14
[x]