Skip to content


Comment éviter les Agences Web douteuses ? Interview de Mathias Poujol-Rost.

Je vous propose aujourd’hui de découvrir l’interview de Mathias Poujol-Rost créateur du site « Agences Web douteuses » qui vous met en garde contre certains prestataires aux méthodes de travail plutôt limites :

Bonjour, quel est ton nom, ton activité et la région où tu travaille ?

« Bonjour, je m’appelle Mathias Poujol-Rost, je suis un passionné du Web depuis plusieurs années. Avec de l’auto-formation et un DUT « Services et Réseaux de Communication », j’ai lancé mon auto-entreprise en juillet 2009, à Mulhouse où je vis depuis bientôt 3 ans. »

Comment t’est venue l’idée de ton blog « Agences Web douteuses » et pourquoi l’avoir réalisé ?

« Il y avait déjà plusieurs blogues sur ces affaires, mon but était de faire un blogue-référent, bien qu’il a été au début centré sur l’un des prestataires concernés. »

Comment éviter de faire appel à une agence Web douteuse ?

Se méfier des démarchages directs, surtout ceux qui sont insistants. Quelqu’un qui veut absolument vous vendre un produit, dont vous n’avez pas forcément besoin, c’est louche !

Avant de recevoir un commercial chez soi, exiger de savoir pour qui il travaille (sa société), afin d’enquêter sur elle via un moteur de recherche. Réaliser une enquête de satisfaction auprès des précédents clients, sans se baser uniquement sur le portfolio du prestataire. (Car celui-ci est évidemment une anthologie, dont les éléments ont été soigneusement sélectionnés.)

Lire le billet de Matthieu Tran-Van qui présente en détails toutes les questions à poser à une agence pour évaluer son sérieux.

Quels sont les éléments qui devraient nous mettre en garde ?

« Il y en a plusieurs, certains plus évidents que d’autres :

  • Des pré-démarchages par téléphone alors que l’on a déjà un site Web.
  • Une proposition de prix avant même d’avoir fourni de cahier des charges. (C’est incohérent et suspect !)
  • Un discours simpliste « Avec nous, le Web, c’est facile ! », grossièrement séducteur (offre mirobolante), vantard (n°1 français, la « référence », …) ou très technique (ce n’est pas la meilleure manière de vendre un produit).

Si on est démarché par de telles méthodes, il faut fuir, c’est sans doute un piège ou une mauvaise affaire ! »

A quels éléments un entrepreneur doit-il faire attention pour s’assurer la maîtrise de son projet Web ?

« Un entrepreneur a souvent une vison très claire de son projet. Il doit en être de même pour son site Web. Sans objectif ou vision précise de ce que l’on veut (design, fonctionnalités…), il est très délicat de se lancer dans un projet Web.

Il faut aussi avoir un vrai budget. On ne monte pas un site pour 500 euros (ou 5000 pour une boutique en ligne) ! Si on n’a pas ce budget, se reporter sur une plate-forme (solution hébergée), tout en sachant que l’on en est dépendant. Faire très attention au paramètre « export » de ses données, pour ne pas être trop prisonnier de l’hébergeur.

Ne pas non plus se fier au prix de vente, mais le calculer sur au moins 2 ou 3 ans d’exploitation. Cela comprend donc la création, réalisation, livraison et référencement, mais aussi les frais de maintenance, de mise à jour, de logistique (cas d’un site marchand), d’animation/ modération/ gestion de communauté (forum, communauté en ligne…), de communication (RP…), de marketing (publicité…).

Exiger un minimum de qualité et d’accessibilité, ne serait-ce que des codes HTML/CSS conformes (valides, sémantiques, bien organisés, compatibles tout navigateur…). Un prestataire Web qui ne connait ni Opquast (un référentiel de qualité) ni Accessiweb ou Anysurfer (deux labels d’accessibilité) n’est pas digne de ce nom. Le bannir de son carnet d’adresses.

La communication avec le prestataire doit être claire et transparente : ne rien laisser incompris, exiger des conseils, s’assurer que l’on a parfaitement compris ce que l’autre demande/affirme. »

Tu es aujourd’hui en litige avec un prestataire, sans dévoiler les éléments du dossier, dans quel état d’esprit de trouves-tu ?

« Je suis plutôt serein et digne, car je sais que ma démarche est fondée et juste ; j’ai la conscience tranquille. Mais je suis aussi dégoûté d’en être arrivé là à cause d’une entreprise avant tout commerciale et sans la fibre de la communication (intimider les hébergeurs de contenu critique, cela n’est pas diplomate !) »

As-tu quelque chose à déclarer en conclusion ?

« On ne le répétera jamais assez : un contrat ne se signe pas tant qu’il n’a pas été entièrement lu et compris. Ne surtout pas se fier au discours du commercial.

Merci de relayer ce scandale et de m’avoir donné l’occasion de m’exprimer ! »

Merci Mathias

Pour plus d’informations je vous invite a visiter le blog :Agences Web douteuses
Notamment cette page qui compare les méthodes de travail des prestataires mis en cause avec celles des standard du marché.

Rubriques : interview, Législation, Technique.

Mots clefs : , .


7 Responses

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.

  1. olivier says

    Tout est une histoire de confiance mais d’intelligence…signer le jour meme est dangereux pour le client mais aussi pour le prestataire. le meilleur prestataire est encore le bouche à Oreille.

  2. Matthieu - Blog Business / Webmarketing / Management says

    Excellent article, à mettre dans les mains de tous les chefs d’entreprises. Merci à Mathias pour la citation. 😉

  3. Poujol-Rost Mathias (agences web surprenantes) says

    Concernant ces référentiels de qualité ou d’accessibilité, je ne dis pas ici les connaître « par coeur », évidemment ! (Moi-même je n’en connais aucun à 100%.) Mais il faut au moins être au courant de leur existence.

  4. MeaWeb says

    Par simple éthique, nous aidons à bas prix tous les clients « arnaqués » autre part à sortir d’un mauvais contrat/récupérer un autre site Internet, le tout à bas prix pour les aider ! => http://www.meaweb.eu

  5. Mathias Poujol-Rost (Xxxxxxx) says

    C’est quand même incroyable, l’agence Web Xxxxxxx de Lille, qui affirme faire de la communication éthique, est passé dans Zone Interdite récemment (dimanche 5 juin) sur le thème « Amour, sexe et pouvoir : de la séduction au harcèlement » . Je suis le seul à trouver ça un peu surprenant ?

    http://minu.me/45mw

  6. le blogueur poursuivi par une agence de communication éthique (Xxxxxxx) says

    Il y a quelques jours, j’ai ouvert une page Facebook relative à mon carnet Web « Agences Web surprenantes » sur ces agences « one shot » (cliquer sur le lien ci-avant sur mon pseudo).

    Dans quelques jours ou semaines, je détaillerais à nouveau ces procédures judiciaires, dont celles d’E…… O….. : http://blogue.mathiaspoujolrost.net/perso/index.php/pages/procedures-judiciaires . Je crains tous leurs gérants n’ont pas bien saisi l’ampleur de ma tenacité.

  7. Une agence web sérieuse. says

    Je suis désolé mais je dois intervenir: la personne qui est interviewée ne sait franchement pas de quoi elle parle ! Accessiweb, Anysurfer, W3C et Cie ? Concrètement ça sert à produire des sites internet moches, avec une interactivité réduite et qui ont simplement la propriété d’être consultables par des personnes malvoyantes ou très agées. Si c’est ça vos critères pour établir la compétence d’une agence web ! Allez examiner les sites internet d’Apple, du journal Le Monde ou La NASA et revenez-nous dire s’ils répondent aux critères que vous énoncez.

    Idem pour ces éléments soit disant suspects:

    « Des pré-démarchages par téléphone alors que l’on a déjà un site Web. »
    Et pourquoi ? Dans notre agence on contacte régulièrement des prospects qui ont des sites web moches, dépassés ou mal référencés. Le cycle de vie moyen d’un site internet est de 4 ans, le client peut songer à le faire évoluer et rien n’est suspect dans cette démarche…

    « Une proposition de prix avant même d’avoir fourni de cahier des charges. (C’est incohérent et suspect !) »
    C’est pourtant intéressant pour un prospect de savoir à l’avance que pour un site vitrine de 5 pages, administrables, il en aura pour par exemple 1000 € HT et pas 11’000 ou 300€, ça lui permet d’avoir une idée, de chasser l’inquiétude qui sous-tend tout projet quant à son budget. Et ce n’est pas être suspect mais plutôt transparent et rassurant.

    « Un discours simpliste « Avec nous, le Web, c’est facile ! », grossièrement séducteur (offre mirobolante), vantard (n°1 français, la « référence », …) ou très technique (ce n’est pas la meilleure manière de vendre un produit). »
    Je vous rejoins un peu sur ce point mais ceci dit, le discours du commercial ne signifie pas pour autant que l’agence n’est pas honnête et compétente. Dans la même entreprise, on peut avoir plusieurs profils commerciaux qui ne se ressemblent pas. Quant au discours technique, la phrase que vous citez ressemble plutôt à du conseil et pourquoi ne pas expliquer à un client ce qui ne va pas sur son site internet si on a l’intime conviction qu’effectivement, ce n’est pas la meilleure façon de procéder ? Nous le faisons régulièrement en expliquant exhaustivement au client nos points de vue.

    « Si on est démarché par de telles méthodes, il faut fuir, c’est sans doute un piège ou une mauvaise affaire ! » » : peut-être, mais peut-être pas.



Some HTML is OK

or, reply to this post via trackback.

*



'+
1
'+
2 - 3
4 - 5
6 - 7
8 - 9
10 - 11
12 - 13
13 - 14
[x]