Skip to content


[Parole de référenceur] Aurélien Bardon portrait d’un agitateur de trafic !

Pour débuter notre série d’interview « Parole de référenceur » voici aujourd’hui les réponses d’Aurélien Bardon.

Bien connu de la communauté grâce a son site Oseox et au précieux partage de connaissance concernant les techniques de référencement que vous pouvez y découvrir.

Bonjour, pouvez-vous vous présenter (nom, activité, zone géographique) ?

« Hello Erik,

Après avoir bougé un peu partout en Bretagne pendant 4 ans (Lannion, Vannes, et Rennes), je suis maintenant lillois depuis 5 ans

Cela fait un plus de 2 ans que je suis indépendant après avoir travaillé en agence et chez l’annonceur. J’ai créé une société via laquelle je propose des prestations de conseil en création de trafic. Ma spécialité reste incontestablement le référencement naturel.

J’édite également le site web Oseox.fr qui est un projet sur lequel je travaille assez intensément depuis Octobre 2008. L’idée est de proposer un ensemble de ressources gratuites permettant de se former à la création de trafic (SEO, SEA, Affiliation…) et de fédérer une communauté de passionnés autour de cette activité. »

En quoi consiste le métier de référenceur aujourd’hui ?

« L’objectif initial de ce métier est d’améliorer la visibilité d’un site web dans les résultats naturels des moteurs de recherche. La finalité est bien souvent de générer du trafic qualifié afin de vendre ou de faire connaître un produit / service.

Toutefois, à l’instar du terme « webmaster », le poste de référenceur recouvre aujourd’hui un ensemble de tâches très variées et différentes d’une société à une autre. Deux référenceurs peuvent finalement avoir des activités ayant peu de choses en commun malgré une dénomination de poste commune.

C’est là toute la spécificité de ce métier qui est finalement au croisement de nombreux autres. »

Vous vous occupez également de générateurs de trafic payants ?

« J’ai eu l’occasion d’intervenir sur de multiples canaux de prospection, payants ou gratuits. Qu’il s’agisse de liens sponsorisés, de display, des comparateurs de prix ou d’affiliation, chacun canal présente des spécificités qui lui sont propres.

Le référencement naturel reste mon cœur de métier et cela tombe bien car c’est celui où je suis le plus efficace. Aujourd’hui je redirige donc mes contacts vers différents spécialistes en fonction des problématiques que mes clients ou prospects rencontrent dans le domaine du trafic payant. »

Comment évaluez-vous la performance de votre travail ?

« Au renouvellement d’un bon de commande l’année suivant ? Plus sérieusement, il existe plusieurs indicateurs permettant d’évaluer la performance en SEO :

  • Evolution du CA
  • Nombre de contacts générés
  • Augmentation du trafic

Ainsi que des indicateurs plus techniques, comme :

  • Nombre de pages indexées
  • Nombre d’expressions clés sur lequel un site se positionne

La réception d’une bouteille de champagne envoyé par un client suite à l’augmentation de son trafic de 40% est aussi un bon indicateur de performance. »

Quelle doit être la part du trafic « naturel » dans le trafic global d’un site ?

« Je ne crois pas qu’il existe de réponse générique à cette question. Cela dépend de nombreux facteurs (actions webmarketing en cours, répartition des budgets…).

Toutefois en moyenne, la part du trafic généré via le SEO d’un site web ayant un véritable budget « webmarketing » (Emailing, liens sponsorisés, affiliation…) est de 40%. »

Quel conseil de référencement auriez-vous donné hier qui n’est plus valable aujourd’hui ?

« Globalement et contrairement à une idée reçue, les grandes règles du référencement n’évoluent pas de manière drastique chaque jour ou chaque année.

Depuis au moins 6 ans, le tryptique « structure, contenu, popularité » reste plus que jamais d’actualité.

J’ai conseillé par le passé l’application de l’attribut nofollow sur certains liens afin d’optimiser la répartition de la popularité. Aujourd’hui je recommande plutôt de les enlever.
Mais il s’agit vraiment d’un détail car le référencement est de moins en moins une question de critères.

Mon objectif est bien souvent de faire naitre une prise de conscience chez mon client, de transmettre des bonnes pratiques et d’établir une stratégie afin d’aboutir à une visibilité durable s’inscrivant dans un cercle vertueux. »

Comment voyez-vous le futur du métier de référenceur ?

« Il sera plus que jamais tourné vers la qualité. Le 4iem pilier du succès en SEO arrive, il s’agit de la satisfaction des utilisateurs. Google semble en effet orienter la majorité de ces efforts vers l’évaluation de la satisfaction des utilisateurs.

Dans un avenir plus ou moins proche et si les ingénieurs arrivent à imaginer des solutions déployables à grande échelle, il ne suffira plus d’avoir un site populaire et riche en contenu. Il faudra qu’il soit véritablement pertinent.

C’est bien là, l’objectif primordial des moteurs de recherche. »

Une conclusion ?

« Il existe autant de visions du SEO qu’il y a de référenceurs. A l’arrivé, nous sommes nombreux à obtenir de bons résultats malgré parfois de fortes divergences. Une approche trop technique du référencement, orientée « astuces et critères », sera un jour périmée. »

Rubriques : interview, Référencement.

Mots clefs : , , , , , .


5 Responses

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.

  1. Gojogle says

    Tout simplement intéressant.

  2. Serge Demoulin says

    Bonjour,

    J’ai bien aimé :

    « Globalement et contrairement à une idée reçue, les grandes règles du référencement n’évoluent pas de manière drastique chaque jour ou chaque année.

    Depuis au moins 6 ans, le tryptique « structure, contenu, popularité » reste plus que jamais d’actualité. »

    Voilà qui confirme très bien ce que je pense et qui va à l’encontre des idées diffusées par certains… :)

    Amicalement

  3. Boris (MaboiteCartonne.com) says

    excellente interview de l’un des experts en seo sont le blog est vraiment passionnant…
    je le vois avec mes sites ; les indicateurs de qualité du contenu (durée des visites, commentaires laissés ou non, pages vu etc…) semblent vraiment de plus en plus importants. C’est une bonne nouvelle pour ceux qui font l’effort de mettre du contenu quali en ligne , plutôt que de spinner du contenu à moitié pertinent et sans intérêt…

  4. Bernard says

    « J’ai conseillé par le passé l’application de l’attribut nofollow sur certains liens afin d’optimiser la répartition de la popularité. Aujourd’hui je recommande plutôt de les enlever. »

    Erik : cela serait sympa que tu enleves le « nofollow » ici ! :-)

    Sinon,étant un « obsédé » des backlinks (le pilier « popularité » dans le tryptique mentionné ici), je vois renforcé mon idée de continuer à chercher de bons liens entrants sans avoir obligatoirement à obtenir une contrepartie…

    Merci de ce travail d’interview. On en tire toujours une info intéressante !

    A+
    B

  5. Antoine says

    Bien dit Bernard 😀

    Sinon le 4ème levier du SEO, la satisfaction de l’internaute, est finalement l’apport de la qualité dans le triptyque du SEO (structure, contenu, popularité), donc je ne considérerai pas cela comme un nouveau levier mais plutôt une évolution(voire un besoin) des 3 autres. je m’en vais lire l’article d’Aurélien à ce sujet peut-être serais-je plus éclairé.



Some HTML is OK

or, reply to this post via trackback.

*



'+
1
'+
2 - 3
4 - 5
6 - 7
8 - 9
10 - 11
12 - 13
13 - 14
[x]