Skip to content


Google+ VS Facebook : La stratégie pourrait faire la différence !

Comme vous le savez surement déjà (mes lecteurs sont en général bien informés^^) il y a quelques jours le grand « G » a mis en ligne la béta du dernier avatar de sa stratégie sociale : Google+

Comme un bon nombre de « Early adopters » j’ai eu la chance de tester Google+ que j’ai aimé et adopté immédiatement. Je pourrais vous en dire les raisons, mais mes choix personnels ne sont pas le sujet de cet article et  je laisserais à d’autres le soin de vous expliquer leur propre raisons.

La question aujourd’hui est donc : Google a t’il enfin une chance d’être un compétiteur crédible dans la conquête du web social ?

On sait que ce n’est pas son premier essai (et son premier échec) dans cette compétition qui a déjà désigné ses champions Facebook et Twitter. Dans cette course google a toujours été le suiveur comptant sur la puissance de son image de marque pour faire la différence. Mais cette fois ci il semble que sa stratégie soit un peu différente…

Si Google+ ressemble clairement à son rival Facebook il a pourtant ajouté à son outil quelques fonctionnalités que son confrère peine à mettre en place depuis plusieurs mois voire plusieurs années (comme la gestion de niveaux de confidentialité différencié et le « chat » vidéo). Fonctionnalités auxquelles Google a ajouté ses outils « best sellers » maison comme le moteur de recherche, « Google Maps », « Google actu », « Google Image », « Gmail »,…

Contrairement aux essais précédent Google a décidé d’harmoniser la présentation et les interfaces entre tous ces outils afin de mettre à disposition de l’internaute un offre globale cohérente qui se révèle au final bien plus large que celle de Facebook à sa création.

Bref, Google arrête de créer et tester des outils disparatres et met en place enfin une stratégie à la hauteur de ses ambitions.

La réponse de Facebook ne s’est pas fait attendre ! Dés le lendemain de l’ouverture de la bêta de Google+, Facebook a annoncé de grosses surprises en préparation et a tenté de s’aligner technologiquement avec l’offre de « vidéo tchat » de son concurrent.

Pourtant chez Facebook, la possibilité de développer cet outil existait bel et bien avant que Google+  démontre sa pertinence. Facebook a été pendant plusieurs mois le propriétaire de Skype une solution existante et reconnue de « video tchat » et l’a vendue à Microsoft.

Le poursuivi est brusquement devenu suiveur et tente de maîtriser une destruction créatrice éventuelle en sa défaveur.

Pas facile pour Facebook de décliner dans la précipitation le discours du « Me too » sans que la presse fasse ce constat. On peut dire que le premier exercice de ce style s’est paré pour faire un écran de fumée d’une certaine condescendance qui à été plutôt critiquée.

Précipitation et condescendance ne parlent pas en faveur du top management de Facebook (je parle de Mark Zuckerberg bien sûr).

Le temps industriel est en général divisé par 10 sur internet. Quand une solution technique est possible qu’elle doit absolument être mise à disposition des clients le plus vite possible, même si elle n’est pas finie ou sécurisée. Si vous ne le faites pas le premier les autres entreprises le feront à votre place.

En s’endormant sur les solutions offertes par Skype Facebook à fait une énorme erreur de stratégie qui pourrait bien lui coûter cher au final.

Mais, ce n’est pas ce léger retard technologique qui risque de lui coûter le plus cher, car la destruction de la valeur de l’offre de Facebook par celle de Google pourrait venir de facteurs qui n’ont rien à voir avec la technologie

Le problème de Facebook se trouve dans les chiffres sur lesquels est basé son business. Avec une valorisation à 70 Milliards de $ Facebook va devoir rentabiliser chaque utilisateur à hauteur de 100$ en quelques années pour conserver ses investisseurs et son aura de Winner du net.

L’un des problème de Facebook c’est que 700 Millions de personnes inscrites ne veulent pas dire 700 Millions d’utilisateurs actifs. Donc l’utilisateur actif va donc devoir rapporter à Facebook bien plus de 100$ .

Vous pouvez imaginer quelle pression commerciale les utilisateurs de Facebook vont devoir subir dans ces conditions pour payer cette valorisation dans des délais raisonnables.

D’un autre coté Google est une entreprise solide et rentable bien moins sur-valorisée que Facebook. Google génère du cash en dehors du marché des réseaux sociaux et n’a pas un besoin fort de rentabiliser immédiatement les utilisateurs de Google+. Google+ a intérêt pour l’instant plus stratégique que pécunier.

Car la différence entre ces deux outils communautaire n’est pas que matériel ou technologique, elle peut-être également stratégique. Les testeurs de Google+ se sont rendu compte que la première chose qui saute au yeux à l’utilisation de Google+ c’est l’absence de publicité.

Certes cette absence ne va pas durer, mais pour différencier son outil de celui de Facebook, Google pourrait simplement décider de modérer la pression commerciale de son réseau face à un concurrent obligé, lui, de l’augmenter.

Nous savons tous, qu’a part les entreprises, les utilisateurs de réseaux sociaux détestent en majorité toute publicité ou pression commerciale. Google a donc en main une carte stratégique forte à jouer pour précipiter la destruction de son concurrent.

Dans cette optique la réponse du « me too » est une très mauvaise réponse et l’attitude de Facebook risque de lui coûter bien cher.

Mais ce qui risque de coûter le plus cher à Facebook c’est bel et bien sa valorisation qui dépasse largement les limites du raisonnable.

A suivre…

Rubriques : Actualité, Business, Humeur, Marketing.

Mots clefs : , , , , , , , , .


3 Responses

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.

  1. Seb@Produits antillais says

    J’attends avec impatience de pouvoir tester ça, lors de la release =)
    Parce que Facebook me gonfle.

  2. Graphiste says

    Une analyse pertinente… et un bel outil développé par Google qui a apprit de ses échecs ! Et le timing de lancement de G+ conincide avec une certaine défiance et lassitude générale vis à vis de Facebook.

    Affaire à suivre

  3. Nikopik says

    Gare aux extensions qui profitent du succès du nouveau réseau social pour compromettre vos données personnelles : http://www.nikopik.com/2011/07/googlefacebook-attention-extension.html :-S



Some HTML is OK

or, reply to this post via trackback.

*



'+
1
'+
2 - 3
4 - 5
6 - 7
8 - 9
10 - 11
12 - 13
13 - 14
[x]